Le pont de Langlois, par Vincent Van Gogh en 1888

En 1888, Vincent Van Gogh s’installe à Arles, une ville provençale dont le peintre tombe amoureux et qui l’amène immédiatement à réaliser des tableaux importants, qui sont des oeuvres artistiques marquantes. Parmi celles-ci, on trouve “Le pont Langlois”, une huile sur toile réalisée en mars 1888 et actuellement exposée au Rijksmuseum Kroller-Muller à Otterlo, en Hollande.

Le pont Langlois : analyse du tableau

Van Gogh a été attiré par le lieu et le paysage qu’il pouvait admirer sans être dérangé chaque jour et a décidé de le connaître à travers son art. Le pont traversait un ancien canal à la périphérie d’Arles et reliait la ville à Port-de-Bouc.

Le peintre hollandais a fait plusieurs dessins et trois peintures de ce lieu, dont des peintures artistiques légendaire du Pont de Langlois Van Gogh. Son attirance pour le pont et le contexte naturaliste qui l’entourait était due à la similitude de certains paysages hollandais avec l’idée que le peintre se faisait du Japon à l’époque.

Le Japon est un pays que Van Gogh n’avait jamais visité auparavant. Il l’a imaginé comme une terre sublime. Un lieu où la clarté des couleurs était un magnifique exemple de ce qu’il essayait de réaliser.

L’influence de l’art japonais

Sa connaissance du Japon est basée sur les gravures d’artistes tels que Katsushika Hokusai et Ichiryusai Hiroshige. Van Gogh avait vu les œuvres de ces artistes à Paris et avait été profondément impressionné. Le travail d’Hiroshige, en particulier, avait permis à Van Gogh d’expérimenter une nouvelle façon d’utiliser les couleurs. Avec “Le Pont Langlois”, il a créé le premier d’une longue série de nouveaux paysages. En particulier, Acquazzone Improvviso Sul Ponte Ōhashi Ad Atake et Nagabuko sont les deux tableaux que Vincent connaissait mieux que le maître japonais. Il a également fait une copie du premier lorsqu’il vivait à Paris.

“Le pont de Langlois” a été réalisé en cinq exemplaires différents. Dans chacun d’eux, Van Gogh a changé certaines choses : les personnages représentés, son point de vue, certaines couleurs. C’est pourquoi, au fil du temps, le tableau a pris une importance considérable dans l’œuvre de Van Gogh.

Van Gogh et l’expérience des couleurs

Cela représente l’expérimentation, surtout en matière de couleurs, à laquelle le peintre était confronté à l’époque. De plus, ce tableau est l’un des plus importants de la période provençale de Van Gogh. Durant cette période, le peintre néerlandais a produit une quantité considérable d’œuvres.

Les œuvres réalisées à cette époque sont composées de couleurs très vives, de larges coups de pinceau et de l’utilisation abondante de la couleur. De plus, la profondeur et la fugue des éléments créent une largeur asymétrique du tableau.

Dans cette œuvre, comme dans d’autres de cette période, on peut voir des traces des impressionnistes sur la façon dont Van Gogh a distribué la couleur. Par exemple, la masse d’eau semble presque dépourvue de reflets lumineux. C’est comme une masse compacte qui semble englober le reste du tableau. La forme est également aidée par le point de fuite au-delà du pont, sur lequel passe une charrette.

Van Gogh, avec cette oeuvre, changea la manière de peindre qui l’avait distingué pendant sa période parisienne et assuma une peinture plus synthétique et essentielle, conséquence de son amour pour l’art japonais.