Qu’est-ce que la rose de Gronchi ?

Branle-bas de combat, en 1961, au ministère des postes italien. Le président de la République, Giovanni Gronchi, doit effectuer un déplacement en Amérique du Sud et, l’Italie qui en attend d’importantes retombées commerciales, décide d’émettre trois timbres pour commémorer cette visite : un pour chacun des pays concernés, à savoir l’Argentine, l’Uruguay et le Pérou. De surcroît, ses exemplaires doivent être remis, à Rome, à leurs ambassadeurs le 3 avril, soit trois jours avant la date du départ pour l’Amérique du président Gronchi. Le jour dit, on respire au ministère des postes. Ils ont été imprimés en temps et en heure, les ambassadeurs ont reçu leurs exemplaires et les bureaux de poste de la péninsule ont été approvisionnés. Seule petite déception : les chiffres de vente s’avèrent modestes, mais on espère se rattraper les jours suivants. C’est alors qu’une nouvelle fait l’effet d’une bombe : l’ambassadeur péruvien a émis une protestation officielle. Les frontières de son pays, telles que présentées sur le timbre, ne sont pas respectées. La rose de Gronchi est le plus légendaire des timbres italiens. Son caractère exceptionnel est dû à son histoire : il a, en effet, été émis, retiré puis couvert. Retracez ces étapes qui en ont fait le désir de tous les collectionneurs du monde de la philatélie.

Qu’est-ce que la rose de Gronchi ?

La rose de Gronchi est un timbre-poste italien de la série annonçant le voyage du président de la République italienne, Giovanni Gronchi dans trois pays d’Amérique du Sud. Il est le timbre sur l’escale au Pérou du président. Il a été décidé de produire un timbre pour célébrer le déplacement diplomatique du président Gronchi en Amérique du Sud ; le projet graphique a été confié au designer Renato Mura. Une série de trois timbres est proposée avec une carte en arrière-plan sur laquelle se distingue un avion survolant l’océan Atlantique. Dans chacun d’eux, est mis en évidence une couleur plus foncée : l’Argentine : timbre bleu, l’Uruguay : vert et le Pérou : rose-lilas, ainsi que l’Italie dans les trois. Ce déplacement du président de la République Gronchi est prévu pour le 6 avril 1961, date à laquelle commence également la validité juridique des timbres, qui sont mis en vente à partir du 3 avril 1961. Alfonso Arias, diplomate à l’ambassade du Pérou à Rome, a pris conscience du problème et après avoir obtenu la série, s’est rendu compte d’une erreur dans la représentation géographique du Pérou : il manquait le dénommé “Triangle de l’Amazone”, un vaste territoire situé dans le bassin du fleuve Amazone, disputé entre l’Équateur et le Pérou et acquis par ce dernier. Les raisons de cette erreur résident dans le fait que Renato Mura avait utilisé un atlas géographique pour dessiner le timbre provisoire. La déception du diplomate péruvien concernant l’émission à la frontière est telle que la distribution des timbres roses est immédiatement suspendue. Il est donc décidé de recouvrir les timbres gris, de corriger les frontières, de cacher le timbre rose original ; une opération colossale est alors organisée pour intercepter la correspondance et pour éviter qu’elle n’arrive en Amérique du Sud, ce qui pourrait susciter des incidents diplomatiques.

La valeur de cette rose de Gronchi

L’intention est de faire couvrir les spécimens affranchis et expédiés par des employés spécialement recrutés, mais certains spécimens échappent à cette opération de camouflage, devenant ainsi une véritable rareté pour les collectionneurs philatéliques. Les opinions divergent quant au nombre de rose de Gronchi en circulation, il s’en vend 79 455 exemplaires. Selon certains catalogues philatéliques, il y aurait environ un million de spécimens. C’est devenu le désir de tout collectionneur, cependant, la rose de Gronchi est aussi l’objet de nombreuses contrefaçons ; pour cette raison, et aussi en raison du manque de clarté des informations sur le nombre réel de spécimens en circulation, il existe plusieurs citations : une nouvelle rose de Gronchi jamais utilisée ; les enveloppes timbrées, toutes deux avec la rose de Gronchi et gris ; il y a différentes cotations si le timbre est accompagné du certificat d’historicité qui atteste son origine auparavant. Si elle est originale et affranchie, la cotation peut également atteindre plusieurs milliers d’euros. Les timbres qui ont échappé au retrait et qui sont allés avec le cachet de la poste régulière ont une cotation de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros et, si les enveloppes ont voyagé dans l’avion du président Gronchi.