Art Déco des années folles : le rapport avec l’âge d’or du jazz

À la fin des années 1960, le terme Déco , né de l’abréviation de “Décoratifs” du titre de l’exposition internationale tenue à Paris en 1925 ( Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes ), est entré dans l’usage commun pour définir les multiples tendances. du style et du goût qui se sont répandus dans les années vingt et trente en Europe et en Amérique, au milieu de cet optimisme euphorique qui a caractérisé la fin de la Première Guerre mondiale et qui ne présage ni la crise de 29, ni la catastrophe de une seconde guerre mondiale.

En réalité, l’Expo de ’25 marque plus que le début de l’Art Déco a représenté son épilogue, mettant en évidence la contradiction implicite entre l’idée de modernité née avec l’ Art Nouveau et ce qui, à cette date, était déjà exprimée par l’expérimentation artistique de l’avant-garde – du fauvisme au cubisme – ainsi que dans le spectacle, par la nouveauté des Ballets russes de l’imprésario et chorégraphe russe Sergej Diaghilev.

En fait, l’événement, imaginé avant le déclenchement de la guerre, puis à cause de cela et de ses conséquences économiques reportées jusqu’en 1925, a fini par accueillir en soi ce qui était à l’époque les deux grandes tendances du moderne: d’une part quoi, en confirmant le rôle de premier plan de Paris, dans les années 1920, il s’exprimait encore principalement par les formes élégantes et les lignes douces «féminines» d’un savoir-faire raffiné d’élite (comme celles des meubles du grand ébéniste français Ruhlmann ou les vêtements et les meubles créés de Poiret ); de l’ autre, il exprime l’Esprit Nouveau dont, comme Le Corbusier, en ridiculisant avec le terme déco le contenu frivole de la plupart des œuvres exposées, opposé à ce goût les géométries et les nouveaux matériaux du rationalisme et socialement utiles .

Cette même année, le lieu emblématique de cette modernité et véritable paradigme du goût déco est la maison du tailleur et collectionneur français Jacques Doucet (1853-1929) à Neuilly. Passionné d’art, il collectionne à la fois des objets précieux des années 1700 et des œuvres de maîtres tels que Modigliani, Matisse, Picasso (c’est lui qui a acheté Les Demoiselles d’Avignon ), ainsi que des objets d’art oriental et africain. Ce dernier s’est inspiré du primitivisme des meubles que Pierre Legrain a créés pour l’ameublement avec Rosa Adler et Eileen Gray, aujourd’hui considéré parmi les représentants les plus significatifs de la tendance géométrique de l’Art Déco. Et ainsi, au milieu des années vingt, dans l’étude de l’un des pères de la mode et le goût chic distinctif de la Belle Époque, on aurait pu admirer simultanément les géométries innovantes du mobilier déco, les reliques africaines et les œuvres d’art orientales, les sculptures de Brancusi et peintures des plus grands pères de l’art du XXe siècle.

Avec Déco, nous entendons donc aujourd’hui, plutôt qu’un style unitaire, une tendance du goût du monde occidental entre les deux guerres qui, avec une approche moins utopique par rapport à l’ Art nouveau et plus pragmatique, recherchait la modernité dans tous les domaines et qui, en ’embrassant des influences multiples, intéressait non seulement les arts appliqués mais tous les domaines artistiques: de l’architecture, à la peinture, à la sculpture, au design industriel, à la mode, à la photographie.

Un style «péremptoirement moderne» – selon l’heureuse définition de l’historien Hillier qui, dans les années 1930, parallèlement à la montée et à l’affirmation des totalitarismes en Europe et de l’opulence américaine, aurait préféré les lignes «masculines» des années 1920 à celles «masculines» »Des formes géométriques et mécaniques, expressions emblématiques du goût d’une société nourrie du mythe futuriste de la machine et de ses engrenages et sublimée par les hauteurs vertigineuses des gratte-ciel futuristes de la métropole américaine.

Et tout droit venu d’Amérique – au milieu des années 1920 – l’une des contributions les plus originales à la déco viendrait, avec la construction des nouveaux gratte-ciel de New York et de Chicago, dont les flèches gothiques traditionnelles seront repensées, inspirées des modèles des civilisations mayas et Aztèque, aux lignes futuristes et cubistes et aux rythmes zigzagants de la Déco.

C’est ainsi que sont nés Chrysler Buldilding et Empire State Bulding, tandis que l’ usine de rêve de l’industrie cinématographique, Hollywood, a produit la métropole de Fritz Lang. Dans les décennies suivantes, ce seront les géants de la nouvelle industrie hollywoodienne – comme Paramount ou Metro Goldwyn Mayer – créer avec les Stars les nouvelles icônes de notre temps. Aux côtés de Charlie Chaplin et Mickey Mouse Charlot, l’Italien Rodolfo Valentino, le Suédois Greta Garbo et l’Allemande Marlene Dietrich seront destinés à incarner les nouveaux idéaux de beauté dans l’imaginaire collectif.

En Amérique, c’est l’âge d’or du Jazz, la musique des esclaves noirs affranchis qui transforme les Bleus des champs de coton en Jazz des ghettos de Harlem, puis connaît le succès partout dans le monde. Avec la crise de 29, beaucoup de ces musiciens émigreraient en Europe et le Cotton Club de New York resterait l’une des rares grandes vitrines américaines de “grands mythes” comme Duke Ellington.

 

Avec la grande crise de 1929 les années folles ont pris fin et avec elles l’âge du charleston, la danse qui a représenté pendant une décennie le mode de vie d’une jeunesse transgressive et pleine de désir de s’amuser, confiante dans un avenir de paix et richesse. Une jeunesse animée de clapets , de jeunes filles décomplexées aux cheveux courts dans la garçonne. Dans leurs attitudes provocantes et rebelles – elles sortent seules le soir, font du sport, fument en public et commencent à se renseigner sur la liberté sexuelle – il y a le reflet d’une décennie d’émancipation féminine qui voit les femmes obtenir le droit de vote à Gran Bretagne, Suède et États-Unis. Avec l’émancipation politique, les coutumes ont également été émancipées. Non seulement les cheveux, les jupes raccourcissent également en dessous du genou. Il est temps pour les bas résille et nylon, les chapeaux cloche à la manière de Greta Garbo et les vêtements avec des décolletés plus larges et des maillots de bain plus audacieux. Les lignes arrondies de Liberty sont remplacées par les “styles masculins” qui récompensent la femme élancée. Dicter les règles de la nouvelle mode c’est encore Paris avec l’excentrique P. Poiret , ancêtre de tous les stylistes, qui a été reconnu pour avoir libéré les femmes des corsets et des crinolines, mais surtout Coco Chanel qui révolutionnera à jamais le concept de la féminité en s’imposant comme une figure fondamentale de la mode du XXe siècle.

Paris reste, comme déjà mentionné, l’un des grands centres non seulement de la mode mais aussi du design Art Déco, avec les créations de Jacques Emile Ruhlmann précité , qui renouvelle la splendeur de l’ébénisterie parisienne entre Rococo et Empire Style, avec l’entreprise de Süe et Mare, avec les créations d’ Eileen Gray , avec les décorations raffinées en fer forgé d’ Edgar Brandt , les objets métalliques et les laques de Jean Dunand , les verreries de René Lalique et Maurice Marinot , avec les montres et Bijoux Cartier et Fouquet , graphisme pochoirdu grand décorateur, illustrateur, décorateur et créateur de tissus et bijoux George Barbier , et la présence dans la capitale française de la peintre polonaise Tamara de Lempicka , brillante interprète de la vie sociale de l’époque. Ce sont les années où la Vénus noire Joséphine Baker anime les folles nuits parisiennes , uniquement recouverte d’une jupe banane.

Le goût Déco a également eu une large et précoce affirmation en Italie depuis la Biennale de Monza de 1923 et s’est répandu grâce à l’activité de renouvellement infatigable promue par les futuristes dans tous les domaines et au rôle, non moins important, joué par les magazines. comme Casa bella di Marangoni de 1928 et Domus di Giò Ponti , qui proposaient des objets et des meubles fonctionnels avec une ligne simplifiée et compacte. Dans les années 1920, Ponti crée lui-même – en tant que directeur artistique de la manufacture de céramique Doccia della Ginori – une série de céramiques intitulée Le mie donne, dans lequel des nus féminins élégants se détachent sur fond d’architecture classique stylisée. Avec lui, beaucoup d’autres ont contribué d’une manière originale et nouvelle à l’affirmation de ce goût et parmi eux Umberto Brunelleschi, Duilio Cambellotti, Galileo Chini, Fortunato Depero .

Sur les notes des grands solistes de jazz et de cette charleston qui animait la joie de vivre de nombreuses jeunes filles déchaînées aux cheveux courts, l’une des saisons de goût et de costume les plus heureuses du 900 se termina. Et tandis qu’avec l’avènement du son, les stars d’Hollywood brillent sur grand écran, en Europe – avec l’avènement d’Hitler – les changements de musique et des scénarios beaucoup plus sombres sont en préparation.