Entre effraction, interdiction et gangstérisme: les années folles

Il y a exactement un siècle, une des périodes les plus électriques du siècle dernier s’est ouverte. Une décennie qui a marqué l’imaginaire collectif des générations à venir pour la capacité d’imposer de nouvelles coutumes, de nouvelles habitudes, en plus d’être le berceau de certains des événements les plus marquants des années 1900. Ce sont des années qui ont inspiré l’art, la mode, la littérature (pensez à une œuvre comme The Great Gatsby , de Francis Scott Fitzgerald, écrite et se déroulant précisément dans cette atmosphère) et cela pour leur capacité à passer les coutumes les passions les plus individuelles, de briser toute inhibition morale sur la voie de la réussite sociale et économique, sont généralement définies comme «rugissantes»: des années capables de déchaîner enivrant et d’engager des pulsions créatives.

Années folles pour les individualités rampantes: se définissant bientôt comme un phénomène mondial, le rampantisme des années 1920 se caractérise avant tout dans sa dimension américaine. Si la «Belle Époque», en effet, quelques années plus tôt avait marqué le début du siècle dans une atmosphère d’optimisme d’ascendance positiviste, faisant des cœurs battants de l’Europe comme Londres et Paris le centre du monde avant d’être submergé par le déclenchement de la Première Guerre dans le monde entier, les attitudes ambitieuses qui ont caractérisé l’après-guerre ont d’abord germé aux États-Unis, pays qui avait participé au conflit mais sans retentissements sur son territoire national, et avec une contribution en termes de vies humaines substantiellement limitée par rapport aux puissances européennes (Y compris l’Italie) qui y avaient participé.

Ce furent des années formidables: des villes comme New York et Chicago ont affirmé leur dimension verticale, à travers la construction de certains des gratte-ciel les plus célèbres au monde. La ligne du ciel des premiers a vu s’élever des géants tels que l’Empire State Building ou le Chrysler Bulding, véritables monuments du style artistique le plus affirmé de cette décennie de frénésie et d’opulence, et connus sous le nom d’ art-déco

Dans les clubs de musique, de nouveaux genres résonnaient: le charleston , dansé par des dames décomplexées aux cheveux bob dans des robes taille basse couvertes de paillettes et de franges (les soi-disant filles flappers ), ou le jazz qui ̶ même s’il est né dans les décennies précédentes ̶ a commencé à ” dérégionaliser », quittant son centre de propulsion (La Nouvelle-Orléans) pour s’étendre aux plus grandes villes du pays, et voyant la star de certains de ses plus brillants noms, comme Louis Armstrong et Sidney Bechet.

C’était un capitalisme d’assaut, celui qui se déroulait à cette époque: et qui, main dans la main avec les enthousiasmes faciles à gagner et les impulsions titanesques d’une société engagée à affirmer son «besoin du gigantesque» alimentaient les angoisses et les inquiétudes de ceux qui voyaient dans la consommation de l’espace et de la matière, l’usure spirituelle de l’humanité qui en est devenue le protagoniste: des perturbations que le cinéma muet a su saisir et parfaitement représenter, comme en témoigne le chef-d’œuvre monumental de Fritz Lang, Metropolis (1927), dans lequel le réalisateur autrichien a projeté dans un avenir dystopique, fixé en 2026, la brutalisation d’une société inégale et exploiteuse, dominée par l’obsession du profit et déchirée par une lutte de classe marsienne qui, à cette époque, était loin d’être un phénomène imaginaire.

Pourtant, une société aussi vitale n’a jamais manqué une occasion de tomber dans les contradictions habituelles de la culture américaine, marquée par un moralisme aux veines épaisses capable de dicter les orientations coutumières de la politique américaine. Une politique qui, après les années d’ouverture internationale voulues par le président Woodrow Wilson et aboutissant à une participation (décisive) à la “Grande Guerre”, a poussé le pays à l’isolationnisme des présidences de Harding et Coolidge, dans laquelle le dynamisme économique était contrebalancé une peur de l’autre et du différent dont la conséquence a été le blindage des frontières, mettant fin à ce grand flux migratoire qui, les années précédentes, avait amené des millions d’immigrants d’Europe, dont de nombreux Italiens, qui s’étaient révélés décisifs pour l’essor. économique dans le pays.

Les années 1920 ont été aussi les années de la prohibition: il y a exactement cent ans, le 16 janvier 1920, le 18e amendement de la constitution américaine est entré en vigueur, qui interdisait la consommation et la production de boissons alcoolisées, n’étant pas seulement considérée comme une cause de comportements immoraux et désagréables, mais aussi nuisibles à la productivité au travail de ceux qui les ont utilisés. Ainsi fut proclamé un manifeste de voies dans lequel les exigences du capitalisme s’harmonisaient parfaitement avec les inclinations puritaines de ses classes dirigeantes. Cependant, qui, dans le meilleur de tous les moralismes, prêchait bien et brouillait mal: chasser le goût de l’interdit, et donc alimenter un marché illégal d’alcool qui plaçait ses sanctuaires dans des clubs clandestins où l’on entrait par mot de passe (lespeak-easy ) et où l’alcool coulait ou coulait des coupes licencieuses dont les danseuses de charleston se couvraient la poitrine.

Un phénomène illicite qui a été immédiatement monopolisé par la pègre, qui à l’époque aux États-Unis parlait anglais avec une cadence italique ou irlandaise, et qui remplissait les poches des plus célèbres patrons de la mafia de l’époque, qui ont commencé à se battre pour toujours. une plus grande partie de la contrebande très lucrative de spiritueux. Une décennie qui a vu l’émergence de la capacité criminelle du passeur le plus habile, Al Capone, le gangster par excellence, qui sur ce trafic a pu accroître sa notoriété entre Chicago et New York, affirmant un mythe criminel qui perdure encore aujourd’hui. Et que le cinéma a évidemment contribué à faire vivre, avec des films qui ont marqué son histoire: pensez, par exemple, aux Intouchables ( Les Intouchables, 1987) de Brian de Palma, dans lequel la figure du gangster italo-américain est livrée à l’extraordinaire interprétation de Robert De Niro.

Avec l’effondrement financier de Wall Street (1929), la décennie se termina de façon dramatique, forçant la société américaine à une sobriété dictée par les conditions économiques et sociales difficiles qui suivirent cet événement historique. Avec la fin de la décennie, donc, la politique prohibitionniste s’est également adoucie, qui en matière d’alcool a cessé définitivement en 1933. La fin de la consommation illégale d’alcool a été un coup dur pour les associations criminelles, qui ont vu une grande source de déclin décliner. profit et ont été contraints de diversifier leurs intérêts. Même ce moment traumatisant pour ces activités illégales a été magistralement représenté au cinéma,Il était une fois en Amérique .