Modigliani, Picasso, Dalì: à Ferrare les peintres «fous» des années 1920 et 1930

Little Ferrara s’avère être au centre du monde. Pendant quelques mois, la ville émilienne s’enveloppe de la splendeur de Paris dans les années 1920 et 1930 . Les années où la capitale française était la Mecque de tout artiste et intellectuel. Un pèlerinage dû au moins une fois dans sa vie. Ce sont les années de  Paul Eluard ,  Ernest Hemingway ,  Ezra Pound ,  Jean Cocteau , Erik Satie . C’était Paris qui venait de perdre Proust et faisait basculer Sartre. C’était tout. Une folie consciente qui a inspiré tous les arts et conditionné la peinture en premier lieu. C’est sous la Tour Eiffel que des personnages comme Modigliani, Dalì et Picasso se sont rencontrés et se sont influencés .

Voici le titre de l’exposition qui s’ouvrira le dimanche 11 septembre au Palazzo Diamanti de Ferrare: « Les années folles. Le Paris de Modigliani, Picasso et Dalì “. Un thème, celui choisi par Ferrara Arte, né presque par hasard. L’idée est venue aux conservateurs du Palazzo Diamanti qui, en 2008, alors que l’exposition sur Mirò se déroulait dans la ville d’Este, réfléchissait à l’importance de l’époque parisienne entre les années 1920 et 1930.

Devant les toiles du peintre espagnol «nous avons laissé libre cours à l’imagination – explique Maria Luisa Pacelli, responsable des galeries d’art moderne de la municipalité de Ferrare et commissaire de l’exposition avec Simonetta Fraquelli et Susan Davidson – et nous avons pensé à quel point ce serait beau organiser une exposition sur ces années, réunissant quelques grands maîtres modernes qui se sont alors trouvés, confrontés et influencés au sein de la Ville Lumière “.

À peine dit que c’était fait. Les organisateurs ont réuni des peintures, des sculptures, des costumes de théâtre, des photographies, des objets prêts à l’emploi et des dessins des plus importants musées et collections privées du monde. Et ainsi du 11 septembre au 8 janvier il sera possible d’admirer, dans cette exposition née, développée et créée en toute solitude par Ferrara Arte, quelques chefs-d’œuvre de Mondrian, Matisse, Braque, Chagall, Duchamp, Severini, De Chirico, Magritte.

Des chefs-d’œuvre tels que la ” Mandoline, verre, coupe de fruits et fruits ” et la ” Maternité ” de Picasso , ” La table ronde ” de Braque, le ” Nu au chat ” de Derain, ” Deux figures mythologiques ” de De Chirico, la ” Mélancolie Pulcinella »Par Severini.

Le montage commence avec “Le pont japonais à Giverny” de Monet, du musée Marmottan. Le chemin serpente ensuite entre jusqu’à la dernière salle, où sur le côté droit vous trouverez «Echo of vide» de Salvador Dalì et «Kiss» de Max Ernst sur le côté opposé. Pour souligner cette saison irremplaçable, faite non seulement de peinture, mais aussi de théâtre et de danse, une petite scène aux costumes originaux de l’époque a été aménagée dans la partie centrale de l’exposition.

Une époque “unique dans sa culture et sa vivacité artistique”, une époque où “Pacelli commente” une incroyable envie de renaissance, un sentiment positif de vouloir créer et changer le monde; un sentiment dont nous aurions peut-être besoin encore aujourd’hui … “.